Les Interviews

Votre panier

40ème édition des Cretes Vosgiennes - Interview de Jacques Adam


Cette année les Crêtes vont fêter leurs 40 ans ! C'est la plus vielle course en montagne de la région. Peux-tu revenir sur cette course mythique ?

[ Jacques Adam ] Dans les années 70 les courses en montagne étaient rares, il fallait faire des km pour en trouver !!! Notre chance de se trouver près de la Suisse où est né Spiridon, nous a amené à découvrir ces courses et pour la plupart organisée par des skis club dans le Jura suisse. Luc a découvert que dans le Valais il y avait un 32 km en montagne, à l'époque où les courses sur route décollaient, pourquoi pas en faire de même sur le massif vosgien même si l'altitude est inférieure, c'est comme ça qu'est né le marathon des Crêtes devenu marathon estival, puis crêtes vosgiennes, la FFA interdisant d'utiliser le terme marathon sur une distance autre que les 42,195 km.

L'Entente Colmar a organisé pendant 20 ans cette épreuve, mais comme beaucoup d'autres clubs le manque de bénévoles ne permettait plus d'organiser dans de bonnes conditions et l'épreuve devait s'arrêter en 1995. Le Spiridon Club d'Alsace venait d'être relancé pour gérer les courses du Trophée des Vosges (TDV). Quelques clubs voyaient mal la disparition de cette magnifique épreuve, le Spiridon avec Jacques Becker à sa tête décidait de mobiliser les clubs des épreuves du Trophée des Vosges. Ça n'a pas été évident au début, nous ne faisions pas l'unanimité, certains clubs ont ainsi quitté le TDV, et la trésorerie n'était pas là heureusement que le regretté Gérard Montrieul en homme d'affaire a réussi à sauver financièrement cette épreuve. C'est comme ça que 20 ans plus tard on se retrouve à nouveau à une problématique, le manque de bénévole prêt à prendre des postes à responsabilité et surtout depuis cette année l'utilisation du GR5 fait l'objet de restrictions, ce qui compromet l'avenir du parcours des Crêtes




Quelle sera le programme de cette 40ème édition anniversaire ?

Pas de grandes nouveautés cette année, si ce n'est cette idée de pasta party le samedi mais qui ne connait pas un gros succès, quelques stands de produits locaux. Le départ des 2 courses aura lieu à 9h30, au Markstein pour le 33km et à la Schlucht pour le 14km.
Vous n'avez jamais sollicité les têtes d'affiches, pourtant du beau monde a déjà souhaité mettre son nom au palmarès de ce célèbre Marathon des Crêtes. Quelles sont les coureurs (hommes et femmes) qui t'ont le plus marqué durant toutes ces années ?

Christian Zimmermann et Thierry Lippi sont des figures emblématique des Cretes mais Sébastien Spehler reste le plus impressionnant, il faudra aller chercher son record !!! Je rajouterais que tous les vainqueurs des Crêtes que j'ai connus sont des coureurs sympathiques et modestes, peut-être parce qu'on ne signe pas de chèque avant qu'ils aient couru.

Chez les féminines les soeurs Kuster étaient écrasantes par leur supérieurité. Elles n'avaient pas de concurrence, mais elles venaient parce que le parcours leur plaisait beaucoup...




Sébastien Spheler, que tu connais bien de par ton investissement dans le cani-cross, est le vainqueur des 2 précédentes éditions et avait rétabli le record du parcours en 2013 lors certainement de l'édition la plus relevé avec Benjamin Petitjean et Benjamin Choquert. Sera-t-il présent cette année ? As-tu déjà des favoris pour cette édition anniversaire ?

Sébastien ne sera pas présent cette année, il prépare la CCC du week end suivant. Pour l'instant il y a l'ancien vainqueur Brice Donischal, et les locaux tel que Mickaël Baradel ou encore Stéphane Guehrar qui ont une carte à jouer chez les hommes. Chez les femmes il va y avoir une lutte entre Christine Poyet et Sabine Froment vainqueur l'an dernier.

Cette course, regroupant aujourd’hui plus de 2000 concurrents sur les 2 épreuves, reste pourtant fragile. D'une part elle est intimement liée aux Trophée des Vosges, challenge de course en montagne que le Spiridon organise, et permet d'avoir des bénévoles grâce à l'ensemble des clubs participants au Trophée. D'autre part, cette année encore, après le refus l'an passé d'un propriétaire de chasse de passer par un sentier pourtant emprunté pendant 38 ans, c'est le CSA (Conservatoire des Sites Alsaciens) qui estime que le passage de cette manifestation de masse détériore le sentier à hauteur du Rothenbachkopf et demande des compensations et des changements pour l'année prochaine. Comment vois-tu l'avenir des Crêtes et des courses en général dans des milieux naturel fragile ?

Oui l'avenir est incertain sauf si on verse des indemnités aux associations créés par Natura 2000, ce qui immanquablement va soit faire disparaitre les courses (peut-être est-ce le but recherché ?) soit faire augmenter le tarif des inscriptions, ce qui sera catastrophique pour les petites épreuves. Il faudra se regrouper pour éviter de se faire asphyxier par ces "taxes" On se demande où veulent en venir ces décideurs, les coureurs ne polluent pas et ne dégrade pas la nature. Au travers de ces courses nature on fait de la promotion touristique pour la région, dans une période difficile est ce qu'il faut négliger cet aspect ?




Interview réalisée par Nicolas Fried.

© 2007 - 2017 | L'Alsace en courant | Toute reproduction interdite sans l'accord des auteurs | Mentions légales | Développé par Nicolas Fried.