Les Interviews

Votre panier

Interview d'Anne-Lise Collet, traileuse et conseiller en stratégie carbone

Traileuse depuis quelques années, Anne-Lise est aussi conseillère en stratégie carbone. Dans notre échange, elle aborde les impacts du trail et les solutions possibles pour limiter notre impact carbone. Cet été elle participera à l'OCC (une des courses de l'UTMB) au profit de l'association "Le Rire Médecin". Une façon de courir utile et de soutenir une belle association qui aide grandement les enfants hospitalisés.
Bonjour Anne-Lise, peux-tu tu présenter ? Depuis combien de temps cours-tu ? Quels types d'épreuves pratiques-tu ? Quel est ton plus beau souvenir de course à pied ?

J'ai bientôt 40 ans. Je cours depuis l'adolescence mais vraiment régulièrement depuis une petite dizaine d'années. J'ai commencé sur des courses sur route, d'abord 5km puis 10, puis des semis... et au fur et à mesure, j'ai pris le goût de la durée et de la course nature, hors des routes. Ayant un mari qui pratique l'ultra, ça aide ! Aujourd'hui, j'affectionne les épreuves type trail de moyenne distance (40-60 km), même si je souhaiterais un jour courir un long voire un ultra. Mais je préfère y aller petit à petit. J'ai le temps, je rentre à peine dans la catégorie V1 ! Mon milieu de prédilection est la forêt ou la montagne, j'aime quand ça grimpe fort ! Mon plus beau souvenir de course à pied ? Il y en a tellement, c'est difficile de choisir ! Je dirais que c'est lors du cross du Mont-Blanc il y a trois ans : nous avons couru sous une pluie battante tout du long et l'arrivée à la Flégère, par 2°C, à la limite de la neige, me laisse un souvenir à la fois très dur mais aussi de totale exaltation ! Et je comprends mieux le bonheur que l'on peut retirer des difficultés vécues lors d'un ultra-trail.

Photo DR

Après une carrière de cadre dans un grand groupe industriel, tu as choisi de rejoindre l'entreprise Alternative Carbone. Peux-tu nous en dire plus sur ton activité professionnelle ?

Ce bureau d'études de 3 personnes a été fondé par mon mari Benoit en 2007. En 2009, un copain et moi-même sommes venus renforcer l'équipe. Nous faisons du conseil en stratégie carbone auprès des entreprises et collectivités : maîtrise des consommations d'énergie, limitation de la dépendance aux énergies fossiles,... aussi bien sur le bâtiment, les process, le fret, les déplacements des salariés, les déchets ... Pour ceux qui connaissent, cela se traduit par des démarches type Bilan Carbone, management de l'énergie (ISO 50001) ou plans de mobilité. Nous avons tous les trois choisi de travailler dans ce domaine avant tout par conviction, pour contribuer à notre mesure à la réduction des émissions de gaz à effet de serre (dont on va beaucoup parler cette année avec la conférence pour le climat qui se tient à Paris en fin d'année). Plus d'info sur www.alternativecarbone.fr.
La course à pied, comme le vélo, sont des sports non motorisés qui de prime à bord sont "écolo", et n'ont qu'un impact faible sur l'environnement ; toutefois avec le nombre toujours croissant de concurrents, les organisateurs rencontrent de plus en plus de problèmes, d'accès au site, de place de parking, de déchets, de parcours qu'il faut modifier... Quelles sont selon toi les solutions pour pouvoir pratiquer durablement le trail et la course nature ?


Photo DR
En effet, si de prime abord ces activités semblent plutôt "nature", leur popularité grandissante tend à générer de plus en plus de nuisances. Mais il faut aussi voir ces manifestations sportives comme de formidables opportunités d'agir et de sensibiliser le grand public (les traileurs sont parfois accompagnés de leur famille). En matière de gaz à effet de serre, ce qui a le plus gros impact, ce sont les déplacements. Du coup, pour les courses plutôt locales, les organisateurs auront intérêt à favoriser les coureurs venant sur la course en mode doux : vélo (pour l'échauffement et le retour au calme), covoiturage (pour le côté convivial) ou pourquoi pas, le train. Pourquoi ne pas offrir un petit cadeau ou un tarif préférentiel pour ceux qui optent pour ces modes de transport différents ? Tout le monde y gagne au final, quand on voit les perturbations que causent les nombreux véhicules dans les villes organisatrices, et le tracas que peut causer la recherche d'une place de stationnement. Ensuite, une autre importante nuisance peut provenir des déchets : là aussi, organisateurs et participants ont leur rôle à jouer. Ravitaillements avec des produits locaux, non suremballés ou le plus possible en vrac, limitation voire suppression des bouteilles plastiques, ... voilà quelques actions pour les organisateurs. Quant aux participants, eux aussi peuvent limiter les déchets en faisant, pourquoi pas, leurs propres barres énergétiques et gel (beaucoup de recettes existent sur internet), et en privilégiant celles qui ne sont pas suremballées. Et bien sûr, respecter les zones de propreté des ravitaillement, et en-dehors de celles-ci, garder ses déchets sur soi. (Cela va de soi mais on voit encore tellement d'emballages de gels et barres par-terre en course ...). Je m'arrête là mais il y aurait encore beaucoup de conseils simples à donner !


En plus de l'écologie, tu t'es lancé dans un projet CourRire pour soutenir l'association "Le Rire Médecin". En quoi consiste ton projet ? Comment peut-on t'aider ?

En effet, cette idée me trottait dans la tête depuis un moment. J'ai toujours aimé courir et je voulais aussi donner une dimension "utile" à ma passion. Cette année, je vais enfin pouvoir concrétiser cette volonté, puisque je vais courir l'OCC (Orcières-Champex-Chamonix, 53km pour 3300 D+) sous les couleurs d'un "dossard solidaire", au profit de l'association "Le Rire Médecin" (www.leriremedecin.org). Le travail de cette association est formidable et tous les fonds que j'ai collectés vont directement financer leurs actions. De plus, mon travail de collecte et le travail de communication que j'ai mené contribuent à la faire connaître. Mes amis qui me demandaient : "mais après quoi cours-tu ?" ont enfin la réponse : je cours "utile" ! Aujourd'hui, ma collecte est terminée et mon inscription en dossard solidaire à l'OCC est validée. Mais vous pouvez continuer à soutenir l'association, directement sur leur site internet. Et en plus, votre don est déductible des impôts sur le revenu !

Merci Anne-Lise pour cette interview ! Nous te souhaitons le meilleur pour la suite et ton projet sur l'OCC.

Interview réalisée par Nicolas Fried.

© 2007 - 2017 | L'Alsace en courant | Toute reproduction interdite sans l'accord des auteurs | Mentions légales | Développé par Nicolas Fried.