Les Interviews

Votre panier

Interview d'Emmanuel Allenbach, vainqueur du Trophée des Vosges 2013 et 2014




Bonjour Emmanuel. Peux-tu te présenter ?

Marié et père de 4 enfants âgés entre 20 mois et 8 ans, j'enseigne les mathématiques au collège de Bouxwiller. J'habite à Dossenheim/Zinsel non loin de Saverne depuis bientôt 10 années déjà. J'y ai fait la connaissance de nombreux coureurs talentueux de tous âges comme Nicolas Weber que je ne présente plus mais encore Ging Edgar finisher de la diagonale de fous 2012, Gaillard Jean-Jacques, Marc Unterner... un village très porté sur le sport. Ici personne ne te regarde de travers quand tu pars courir, même les enfants de l'école primaire sous l'impulsion de leur directeur et de nombreux bénévoles participent à leur première course chaque année avec l'association USEP. Tout ça pour dire qu'il n'est pas sûr qu'en emménageant ailleurs, j'aurais eu la même progression et surtout la même envie.

Montée du Grand-Ballon 2013

Quel est ton parcours sportif. Comment es-tu arrivé à la course à pied ?

J'ai toujours couru et roulé pour le plaisir en participant à une ou deux courses dans l'année. Ma première compétition doit être le 10 km d'Obernai "Hager" en 1995, j'y termine en 39'15 mais exténué. L'année suivante j'y retourne avec toujours aussi peu de kilomètre dans les jambes pour terminer en 37'15. Je progresse! C'est mon objectif chaque année jusqu'à la dernière édition en 1997. Une semaine après, je m'inscris au marathon de Neuf Brisach où j'étais venu accompagner mon père sur la moitié du parcours. Il insiste et vois que l'on peut encore s'inscrire sur place, je signe... même pas de short pour courir, je termine en 3h21 à ses côté mon premier marathon dans la douleur.


Circuit des Grands-Crus 2013
Je continue à maintenir un petit niveau pendant des années, je me marie en 1999 et emménage à Paris. J'y enseigne dans le 93. Pour me changer les idées je cours un peu plus et progresse encore, je termine les 10km de Paris en 36'00. Un record qui va durer longtemps. De retour en Alsace en 2001, nous nous installons à Colmar, là encore 36'04 au 10km pas moyen de faire mieux. Je n'ai toujours pas mis les pieds sur une piste d'athlétisme et ne fréquente aucun club. Je commence quand même à comprendre que fractionner est indispensable pour progresser mais je ne dépasse pas 150km par mois et mon record plafonne à 35' sur 10km... toujours des 10km pour m'évaluer.

Je goutte alors à la montée du Grand-Ballon en 2003, termine en 1h18 à moins d'une minute d'un certain Samir Baala, je me surprends à battre de nombreux concurrents qui me distancent facilement sur 10km. Un signe ? A 30 ans passé, je n'ai toujours pas franchi la barre des 35' et me dit que les gars qui courent plus vite sont des extraterrestres. J'emménage à Dossenheim/Zinsel en 2005.

Par le biais de Nicolas Weber, je fais la connaissance de Jean-Claude Delabia fin 2008, il sera mon premier coach et me permettra de progresser rapidement. Je descends rapidement sous les 34' pour courir aux alentours des 33', mon derniers 10km datant de Sélestat 2011 où je termine en 32'40. Quelques semaines plus tard je découvre les courses vallonnées au 10km d'Ottrott où je termine 2ème derrière un certain Sébastien Spehler, puis la montée du Wintersberg où je bats le record de l'épreuve devant Grégory Basilico. Je décide alors de participer au Trophée des Vosges 2012, trophée que je suivais de loin alors que j'habitais Colmar.
Trois participation au Trophée des Vosges et seconde victoire cette année avec encore une saison remplie de victoire. Peux-tu revenir sur cette année 2014 ?

J'ai abordé cette année sans pression, je venais de gagner le Trophée des Vosges et je sortais de ma meilleure saison cross (2ème aux Bas-Rhin, 4ème aux Alsace et 13ème aux interrégionaux). Je n'étais même pas sûr d'y participer une troisième fois. Mais une fois les premières courses de montagne derrière moi, j'ai eu du mal à ne pas m'y engager surtout que ce n'était pas gagné d'avance avec les participations de Cran Olivier, Baradel Mickäel, Siat Julien... Il fallait que je confirme, ça été plus fort que moi, et après une entame de trophée très moyenne à Ihringen puis au circuit des Grands-Crus où je sortais d'une vilaine grippe, je me suis décidé. J'ai finalement découvert de nouveaux parcours comme "le tour du massif du Taennschel" à Ribeauvillé ou "Crêtes et Cîmes" au Champ du Feu et contrairement à l'année passée où je m'y rendais souvent seul, j'ai trouvé de nombreux accompagnateurs et adeptes de montagne à commencer par Jean-Claude Delabia, Alfred Weber, Florian Weisser, Maxime Rauner, Audrey Maitrot... des Savernois qui comme moi se complaisent à emprunter les magnifiques sentiers de la région.

Au final, je réalise ma meilleure saison je pense.

Victoire sur le Trophée 2013 avec Hélène Froehlich


Montée du Wintersberg 2014
Le meilleur souvenir de course cette année ?

Difficile à dire, l'année a été longue.

Il y a d'abord eu cette superbe 13ème place aux interrégionaux devant de nombreux coureurs talentueux comme Sapy Julien, Anthony Da Silva nettement au-dessus de moi sur route, non loin derrière Nicolas Weber mon partenaire d'entraînement une bonne partie de l'année 7ème. Une performance partagée a toujours plus de valeur !

Ensuite mon premier titre de champion d'Alsace de montagne lors de la montée du Molkenrain, course extrêmement exigeante mais qui me correspond le mieux.

Et enfin, la cerise sur le gâteau, la victoire et le record lors de la montée du Wintersberg tout récemment où j'étais venu sans la moindre pression jouer les seconds rôles.

Le plus mauvais ?

Il n'y en a pas réellement, on va donc dire le moins bon ; ce sera alors le Tour du Massif du Taennschel où rapidement je m'envole avec Brice Donischal dans la première montée. En voyant Samir Baala calé, on s'enflamme mais c'est mal le connaître, on ne se doute pas qu'il en garde sous la pédale et qu'à chaque descente il refera son retard. Au final, il aura raison de moi après la longue descente qui nous ramène sur Ribeauvillé, je termine 2nd à 30'', finalement pas si mal !

Tu viens de passer vétéran (avec encore des victoires scratch à Ottrott et au Wintersberg) et tu vas rejoindre le club d'Haguenau de l'ANA. Quelles vont être tes objectifs de fin d'année et en 2015 ? Un troisième Trophée des Vosges ?

La fin d'année va être cool, je vais faire un ou deux cross du trophée Paul Michaud en préparation des différents championnats de cross 2015. Ce seront mes premiers objectifs de l'année en espérant trouver des parcours difficiles pour y figurer au mieux. Ensuite j'aimerai refaire un 10km pour voir ma valeur actuelle sur ce type d'effort. L'objectif principal de l'année sera les championnats de France de montagne le 7 juin prochain dans le coin d'Annecy, parcours essentiellement en montée mon point fort. Pour le reste j'attends de voir, je ne veux pas trop me disperser. Mais je participerai certainement également aux championnats de France de trail court. Je ferai des courses du Trophées des Vosges en préparation mais il n'est pas dit que je puisse dans ce cas y jouer la gagne, affaire à suivre.

Ihringen

Maxime Rauner s'impose sur le TTA, toi sur le Trophée des Vosges. Les gars de Saverne auront été les plus forts cette année.

On rigole souvent au sujet du père Weber (le papa de Nicolas) surnommé le druide de Dossenheim... il aurait effectivement une potion magique qui nous rendrait plus fort ! Nos belles perfs sont sans doute liées à notre bonne entente, notre proximité qui nous permet de courir ensemble parfois mais aussi de cette concurrence indirecte qui nait... les jeunes ont pris conscience de leurs moyens et moi je dois cravacher pour rester dans le coup !

Lors de Trail Cimes et Crêtes avec Florian Weisser
Peux-tu nous parler des Trailers de la Rose ?

Comme je l'ai déjà dit, il y a un énorme vivier de coureurs sur Saverne et environ. L'idée a donc été de regrouper ces différents coureurs dans une même association avec Dénivelé+ comme partenaire. Au départ nous avions tablé sur 20 à 25 membres, mais au fil des courses et footings notre effectif a grandi, nous sommes actuellement 66 membres et notre association n'a que 4 mois !

Comme dirait notre président Faivre Jean (20 ans seulement mais des idées plein la tête), c'est l'esprit de convivialité qui nous a réuni. Notre association regroupe des amis de la nature, on court ensemble pour le plaisir, sans objectif et à chacun son niveau. Chaque dimanche l'un du groupe nous fait découvrir son secteur qu'il soit de Saverne, Dossenheim, Phalsbourg,... : notre forêt regorge de sentiers à découvrir. Avis aux amateurs... les places ne sont pas limitées.

Spécialisé dans les courses en montagne (10 à 25km), penses-tu un jour passer sur des parcours plus long ?

Pour l'instant je n'y pense absolument pas, je ne dois pas être taillé pour. Même en changeant mes entraînements pour tenir davantage la distance, mon organisme ne tiendrait sans doute pas le choc des successions de montées - descentes, j'ai eu quelques fragilité aux genoux en démarrant la montagne il y a 2 et 3ans, et je pense qu'à trop vouloir en faire, cela reviendrait.

D'ailleurs cela ne m'attire pas. Comme à vélo, ce qui me booste c'est la montée, et rien que la montée... alors le jour où il y a une course 50km sans descente pourquoi pas.

Merci Emmanuel pour cette interview qui nous a permis d'en apprendre un peu plus sur toi et les coureurs de la région de Saverne. Bravo pour cette saison 2014 et on te souhaite le meilleur pour 2015 !

Interview réalisée par Nicolas Fried.

© 2007 - 2017 | L'Alsace en courant | Toute reproduction interdite sans l'accord des auteurs | Mentions légales | Développé par Nicolas Fried.