Les Interviews

Votre panier

Interview de Xavier Schneider : Hawai, « l'épreuve d'une vie »


Bonjour Xavier, Peux-tu te présenter ?

J'ai 41 ans (déjà !?!) et suis papa de 2 enfants (1an 1/2 et 5 ans). Je suis Chef de Projet chez Hewlett-Packard (HP).

Quel a été ton parcours sportif et comment es-tu arrivé à la pratique du Triathlon ?

Après mes années étudiantes, j'ai repris le sport, lorsque j'ai commencé à travailler, en faisant de la course à pied. Tout d'abord pour le plaisir, puis le côté « challenge » est vite venu : 5km, 10km, Semi puis Marathon.

Le Triathlon était un sport qui me paraissait « inaccessible » pour moi. Mais j'avais déjà une certaine fascination pour l'Ironman. Moi qui savais bien ce qu'était un Marathon, je me demandais comment il était physiquement possible d'en courir un après avoir enchainé 3,8 km de natation puis 180 km de vélo !

Mon arrivée dans le Triathlon est un peu plus « atypique ». En 2007 lors d'un mariage (sans doute trop arrosé ? !!) et une discussion avec des Finishers Ironman … Merci Matthias et Thomas !! … , je me suis laissé tenté par l'aventure. Et voila qu'en 2008 je débute dans le Triathlon avec l'Ironman de Nice (ce sera en fait mon 2ième Triathlon, mon 1ier étant le Half Ironman de Niederbronn quelques semaines avant)

(Photo DR)


(Photo DR)
Discipline enchainant natation, vélo et coure à pied, il existe de nombreux format. Peux-tu nous en décrire les principaux ?

Comme dans la course à pied, il y en a pour tous les goûts ! Les principaux formats sont :

Triathlon Natation Cyclisme Course à pied
Distance XS 400 m 10 km 2.5 km
Distance S 750 m 20 km 5 km
Distance M 1.5 km 40 km 10 km
Distance L 3 km 80 km 20 km
Distance XL 4 km 120 km 30 km
Distance XXL (Ironman) 3.8 km 180 km 42.195 km

Dans chaque discipline il y a une épreuve qui doit être vécue, le marathon de NY pour les marathoniens, l'Ultra Trail du Mont-Blanc pour les traileurs... en Triathlon c'est l'Ironman d'Hawai qui constitue le Graal de tout athlète du triple effort. Un billet pas simple à obtenir. Comment se passe la qualification ?

Tu as raison, le billet n'est pas simple à obtenir, car le niveau général augmente d'années en années. Le Triathlon se « popularise » de plus en plus et voit arriver de grosses pointures sur les épreuves. La dénomination de « Graal » n'en prend que plus de sens !

Pour participer aux Championnats du Monde Ironman à Hawaï, il faut participer à l'un des 30 Ironman qualificatifs dans la même année et arriver parmi les meilleurs de sa catégorie d'âge. A chaque Ironman est attribué un certain nombre de « slots » (billets pour Hawaï) répartis proportionnellement en fonction du nombre de partants dans chaque CA (Catégorie d'âge). En gros, chaque année cela représente 80.000 prétendants pour seulement 1.600 « slots ».

Concrètement, à Nice cette année il y avait 50 slots au total dont 9 attribués dans ma catégorie d'âge (40-44 ans). Je suis arrivé 11ième ! J'ai dû donc attendre la cérémonie de remise officielle des slots le lendemain de l'épreuve au Negresco (!!) et espérer au moins 2 désistements dans les 9 premiers.

L'attente fût longue, interminable, mais quelle libération lorsque j'ai compris que 2 Finishers avant moi déclinaient leur « invitation » pour Hawaï. Cela n'enlève rien à l'émotion ressentie !!
Lancé fin des années soixante-dix, pour départager qui des coureurs, nageurs ou encore cyclistes étaient les plus grands athlètes, il a été décidé pour trancher de combiner 3 courses existantes de l'île : le Waikiki Roughwater Swin (3.85 km), la course cycliste Around Oahu (185km) et le marathon d'Honolulu (42.195km). Il était 15 au départ, 12 à l'arrivée et le premier, Gordon Haller, s'était imposé en 11h46'58''. Près de 40 ans plus tard, que présente pour toi cette épreuve unique ?

C'est « l'épreuve d'une vie » !!

L'Ironman est une épreuve mythique, elle fascine tous les Triathlètes et fait peur en même temps. Tu le disais, tout coureur à pied rêve un jour de faire un Marathon, tout Trailer rêve un jour de faire un Ultra Trail (comme l'UTMB), tout Triathlète rêve un jour de prendre le départ d'un Ironman.

Cette épreuve demande un investissement complet (physique et mental), un soutien de toute sa famille, ses amis, … Tu ne peux pas la préparer « à la légère ». Mon amie Laurence est là à mes côtés et me soutien. Seul tu ne fais rien !

Je le dis souvent, l'Ironman est un double challenge. Être présent sur la ligne de départ en ayant pu s'entraîner comme il le faut et sans se blesser est déjà une belle victoire. Le jour de la course est une toute autre épreuve.

Tout cet investissement, toute cette épreuve, font que les 200 derniers mètres d'un Ironman sont des moments uniques, une véritable libration, une décharge d'adrénaline à l'état pur. Des images que tu gardes en mémoire toute ta vie !

Des fois, je me demande si je ne fais pas tout ca « juste » pour vivre ces instants là !

Quelle a été t'a préparation ?

Pour Nice, ma préparation spécifique a débuté 7 mois avant l'épreuve. Mes entrainements étaient quotidiens (en moyenne 10 à 12 heures hebdomadaire - difficile de faire plus pour allier aussi vie privée et professionnelle)
Quel sera ton objectif sur cet Ironman qui reste tout de même l'un des plus dur au monde ?

Mon objectif premier sera de le terminer, de me faire « plaisir » et surtout d'en prendre plein les yeux. Le niveau général est à mon avis très élevé ; mais un TOP 100 au classement général serait juste énorme pour moi.

(Photo DR)
Le budget pour vivre cette aventure unique n'est pas négligeable. Tu es actuellement à la recherche de mécène. A qui t'adresses-tu ? Et comment soutenir ton projet ?

Quand tu es qualifié pour Hawaï, tu pleures 2 fois : la 1ière fois quand tu réalises que tu as eu ton « slot » … la 2ième quand tu réalises le budget qu'il te faut !!

Mon budget est de 6000 euros (Inscription à l'épreuve, vols, transport du vélo, logement, location voiture, …).

J'ai alors rapidement monté un dossier de sponsoring et mécénat pour m'aider à financer cette belle aventure. Mes partenaires sportifs (JOG'R, Cycle FELDIS, E3 Kiné Sport, …) répondent présents et m'aident énormément. Mais l'aide financière (par le biais du sponsoring ou du mécénat) je la sollicite auprès des Entreprises et des Collectivités (Mairies, …). J'ai pour le moment réussi à couvrir 50% du budget, grâce aussi à ma famille et des amis (ce qui me touche énormément !).

J'ai aussi un formidable soutient de mon Club le SCAT (Sélestat Centre Alsace-Triathlon). Et nous avons monté ensemble une « Opération Hawaï » afin de centraliser toutes mes aides financières. Grace à cela tous les dons qui me seront faits pourront être déduis des impôts.

« Aidez-moi à réaliser mon rêve, et vous réduirez vos impôts !! »


Interview réalisée par Nicolas Fried.

© 2007 - 2017 | L'Alsace en courant | Toute reproduction interdite sans l'accord des auteurs | Mentions légales | Développé par Nicolas Fried.