Les Interviews

Votre panier

Matterhorn Ultraks - Interview de Kilian Jornet, Emelie Forsberg... - Août 2013


Interview à l'arrivée de Kilian Jornet, Emelie Forsberg, ainsi que le témoignage de Jill et Olivier qui ont couru leur première course de Skyrunning




>> Interview de Kilian Jornet (Espagne), vainqueur du 46km
>> Interview d'Emelie Forsberg (Suède), vainqueur féminine du 46km
>> Interview de Claude (Suisse)
>> Interview de Jill et Olivier (France)

Interview de Kilian Jornet (Espagne), vainqueur du 46km


Comment s'est passée ta course, aujourd'hui ?
Elle s'est bien passée. J'étais encore un peu fatigué d'il y a 2 jours (ndlr : Kilian a battu le record de la montée/descente du Cervin par l'arête du Lion, côté italien). Je sentais les jambes qui étaient bien lourdes. J'ai fait une course conservatrice. On est parti avec Luis-Alberto, on a fait la course ensemble tout le long. Et dans la partie finale, je n'ai pas accéléré, mais j'ai gardé le rythme pour garder l'écart.

Tu avais le Cervin en face de toi pendant presque toute la course, as-tu pensé à ton record ?
Non pas du tout. Sur la première partie en avait une vue sur le Mont-Rose, sur le Liskamm... Ce sont des paysages qui sont superbes. Et après, on a basculé sur la face Nord du Cervin, c'est majeur ! Comme les sentiers sont assez roulants, on a toujours le temps de regarder à côté et de voir les montagnes.

Tu as lancé ton projet Summit of my life il y a un an maintenant. Est-ce que tu as changé ta vision du projet et quel bilan en tires-tu après une année ?
Il y a plein de choses à dire : on a passé de bons moments, mais aussi des moments difficiles. C'est comme la montagne. Finalement j'ai appris beaucoup techniquement, au niveau de l'escalade, de la montagne, des conditions. J'ai rencontré beaucoup de monde, C'est le plus important, des gens comme Jordi Tosas ou Jordi Colominas. Je pense que c'est grâce à ces rencontres que j'ai beaucoup appris.

Quelle va être la suite de ta saison ?
Je dois aller encore à l'Elbrouz (ndlr : dans le cadre du projet Summit of my life, le dernier sommet européen en Russie, culminant à 5.642m, à réaliser en moins de 3 heures 23 minutes), ensuite le 28 septembre nous allons aux Etats-Unis pour l'Ultraroc, la finale de la coupe du monde d'Ultra, après il y a Limone (Italie) qui fait partie de la coupe du monde de Skyrunning et pour finir la Diagonale des Fous.

Le Matterhorn Ultraks est l'union de deux compétitions : Ski Alpinisme et Trail. Que penses-tu de ce concept, qui est aussi d'amener les trailers à découvrir le ski-alpinisme ?
Les gens qui habitent en montagne font les deux, car ici en hiver c'est impossible de courir, donc on fait du ski. Relier les 2 disciplines est vraiment une très bonne idée et je pense que cela a de l'avenir.

Merci Kilian pour ta disponibilité, bonne récupération et continuation de tes projets.

Interview d'Emelie Forsberg à son arrivée


Hello Emelie, How do you run this race ?
It was very beautifull. A lot of climbing, but it was very runable all the time, not very technical. So it was very fast for running at this altitude. The scenery was very beautiful.

At the first food supplies, you was at he second position, just behind Oihana. When did you take to first place ?
Yes, with Oihana we was together for a little more that one hour, then I left her. I think she had a bad day. Then I was alone for the rest of the race.

What is now the next races for you in the season ?
I'm doing both the Skyrunning series and the final race of long distance in US (l'Ultraroc). And I have also some small races in Sweden.

Do you always run with a flower in the hair ?
Oh Yes... most of the time, it's nice !


Réaction de Claude (Suisse) à son arrivée du 30km


Bonjour Claude, quelles sont vos impressions sur la course ?
Super ! Bon elle n'est pas facile, mais il y a de superbes paysages, de beaux chemins, avec une vue sur le Cervin, le Breithorn, Castor et Polux, c'était magnifique.

La course est combinée avec une épreuve de ski-alpinisme en mai, y avez-vous participé ?
Non, mais j'avais hésité à la faire ; j'aime bien la région ici et ça donne envie de la faire. Peut-être l'année prochaine.

Interview de Jill et Olivier, 2 français venus participer aux 46km


Avez-vous suivi un entrainement particulier pour vous préparer à l'Ultraks, notamment pour le fort dénivelé et les passages à 3000m ?

Jill : En ce qui me concerne, pas vraiment .... Nous nous sommes inscrits à cette course en janvier 2013, après qu'Olivier ait été recalé au tirage au sort de l'UTMB. C'était notre course de "remplacement" en quelque sorte. Nous avons pris l'habitude depuis 3 ans de faire chaque année une course en couple dans les Alpes. Cette course nous attirait de par la nouveauté (1ère édition) et nous avions envie de découvrir ce qu'était le skyrunning.

Après la fin de la saison de cross qui s'est terminé aux Championnats de France de Lignières, je pensais pouvoir me lancer dans une préparation spécifique mais je me suis rapidement blessée (tendinite du tendon d'achille), après le 1er tour des Interclubs auquel j'avais participé pour mon club, sur 800m. J'ai dû couper complètement pendant près de 2 mois. J'ai repris fin juin, et je savais donc que la préparation serait "limite". Ma préparation a donc durée en tout et pour tout 6 semaines, pendant lesquelles j'ai alterné séances de côtes, séances de biking et de dénivelé sur tapis en salle de sport et sorties longues. Malheureusement, habitant dans le Nord, il est très compliqué de s'entraîner correctement pour ce type de compétition. Je m'alignais donc sans la moindre prétention, avec juste comme objectif de finir et de profiter avant de remettre le nez dans le guidon pour préparer la prochaine saison de cross. Je n'étais pas préparée à ces passages élévés, et pour être honnête j'avais l'insouciance de me dire que ça ne me ferait aucun effet, que c'était à peine 500m plus haut que ce que j'avais déjà fait.

Olivier : Mon objectif cette année étant la grandes course des Templiers et cela passait par l'Ultraks (je n'avais pas refait de trail depuis la TDS l'année dernière car blessé juste après et déménagement dans le nord pour projet professionnel). Alors en terme de préparation : beaucoup de Biking (séance de 1h20, 2x / semaine) et je suis depuis 4 semaines un programme d'entrainement préparé par un coach personnel qui doit m'emmener aux templiers en pleine forme (c'est la 1ère fois que j'ai un coach en course à pieds : c'est bien ) . Le programme prenait en compte l'Ultraks car inscrit très tôt au moment où le tirage au sort sur l'UTMB ne me fut pas favorable. Un programme avec des variations entre du travail de côtes et longue distance adapté à notre nouvelle région : le nord et donc beaucoup de plat bien entendu. A l'Ultraks, j'avais les jambes et une bonne condition (RAS via l'altitude : bonne adaptation) mais l'objectif était de prendre le départ en couple et de terminer ensemble et c'était très bien comme ça. Mais je reviendrai si je le peux pour me mesurer à nouveau sur cette superbe course !!!

Comment s'est passé la course ?

Jill et Olivier : Difficile comme je m'y étais préparée psychologiquement. Si nous avions oublié que l'on était dans une manche de Coupe du Monde, nous n'avons pas tardé à nous en souvenir !! Après 1km de course et à l'attaque du 1er single, nous étions déjà dans les 30 derniers du peloton de 300 coureurs. Tranquillement et à notre rythme nous avons attaqué la longue montée vers le Gornegrat. Passés 2500m, j'ai commencé à souffrir de l'altitude : poitrine compressée et rythme cardiaque difficile à stabiliser. La route a été très longue jusqu'à l'arrivée, même si les jambes et le moral étaient là, impossible de pousser le rythme à cause de ce cardio ! Nous avons passé 3 bonnes heures sous la pluie, ce qui a rendu le parcours encore plus difficile. Mais comme prévu nous sommes restés parfaitement solidaires et Olivier m'a accompagné jusqu'à l'arrivée. Nous avons bouclé la course en 9h55.

Qu'avez-vous le plus apprécié ?

Olivier : Tout mais surtout le dénivelé et la beauté du paysage, j'adore les montées car je suis très faible en descente ! Un énorme plaisir dans les montées !!! Super organisation sur la course et superbe ambiance. J'aurai bien voulu suivre Anton quand il nous a dépassés.... Mais :)

Jill : Le passage sur l'arrête du Gornergrat, magique : c'est à ce moment que l'on saisit vraiment la différence entre skyrunning et trail et que l'on se dit ça vaut le coup d'avoir grimpé tout ce dénivelé !

Et la surprise du chef....... Dans les derniers 300m de montée vers le Gornegrat, d'un coup, sorti de nulle part, un homme nous dépasse, torse nu, bronzage californien, t-shirt coincé dans le short.... Impossible de ne pas reconnaitre Anton Krupicka !!!! Tout le monde s'est mis à lui courir après (alors que 2min avant nous étions cuits) pour essayer de prendre LA photo !! Impossible, une vraie gazelle, nous avons juste réussi à lui glisser quelques mots d'encouragements pour l'UTMB la semaine prochaine.

Interview réalisée par Nicolas Fried.

© 2007 - 2017 | L'Alsace en courant | Toute reproduction interdite sans l'accord des auteurs | Mentions légales | Développé par Nicolas Fried.